La SODEC soutiendra sept projets de jeunes créateurs

Montréal, le 16 juillet 2018 – La direction générale du cinéma et de la production télévisuelle de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) a annoncé les sept projets qu’elle soutiendra parmi ceux déposés le 18 avril dernier, dans le cadre de son Programme d’aide aux jeunes créateurs, volet 2 (aide à la production).

« Les projets de jeunes créateurs qui seront soutenus mettent de l’avant des protagonistes aux prises avec des enjeux très forts, souvent de vie ou de mort, qui nous happent et nous tiennent en haleine tout en provoquant chez nous une réflexion profonde. Un exploit pour des courts métrages! », a mentionné Johanne Larue, directrice générale du cinéma et de la production télévisuelle à la SODEC.

Les projets qui seront soutenus sont les suivants :

En Fiction

Comment détruire l’Internet?
Malgré lui, Vincent est désormais connu de tous. Autant à l’épicerie qu’à l’arrêt d’autobus, il se fait reconnaître. La raison : une vidéo de lui dansant maladroitement dans un party de bureau s’est retrouvée au palmarès des visionnements sur YouTube. Trente-deux millions de vues plus tard, son anonymat a disparu. Sa vie est devenue un enfer; il est continuellement victime de railleries et les gens l’imitent dans la rue. Vincent sort rarement de chez lui. Une nuit qu’il est pris d’insomnie, il lui vient une idée : celle de détruire Internet.

Une comédie écrite et réalisée par Patrice Laliberté. Produite par Couronne Nord Gang inc.

Delphine
Delphine retrace l’évolution d’une jeune fille libanaise qui se révolte à sa façon contre l’intimidation à laquelle elle fut soumise pendant son enfance. Toute petite, Delphine doit conjuguer avec un physique particulier et une difficulté à s’adapter aux codes culturels et à la langue de son pays d’adoption. Elle devient rapidement sujette aux moqueries des autres enfants de son école. Ce n’est que plus tard, une fois au secondaire, que Delphine apprend à tirer profit de sa carrure imposante et d’une confiance nouvellement gagnée pour s’imposer physiquement et établir une supériorité. Ode à l’enfance, mais aussi une réflexion sur les blessures qu’elle peut engendrer, Delphine est un portrait décapant des rapports de pouvoir dans notre société.

Un drame scénarisé par Nathalie Doummar d’après son conte urbain. Réalisé par Chloé Robichaud. Produit par Voyelles Films Productions inc.

Forêt noire
Forêt noire est le drame d’une mère monoparentale dans la trentaine qui, le jour de son anniversaire, tente de surpasser sa dépression et d’amener de la lumière dans la vie de ses deux enfants en bas âge en inventant un jeu qui consiste à leur faire découvrir les recoins enchanteurs de leur village en automobile. La journée est vécue à travers le regard de Camille, son aînée, âgée de six ans. Enfant dotée d’une grande sensibilité et à l’intelligence précoce, Camille a l’intuition de cette détresse qui pèse sur sa mère. À mesure que le jeu avance, cette intuition commence à faire place à de l’inquiétude. Ce qui devait être une journée lumineuse finit par prendre des allures angoissantes.

Thriller psychologique écrit par Jocelyn Martel-Thibault. Réalisé par Philippe Arsenault. Produit par Les Productions S.N.W.

Neige
Sortie de route sur un chemin enneigé. Dans ses derniers souffles de vie, Jules (35 ans) s’imagine revenir chez lui pour poser un dernier regard sur sa famille.

Drame écrit et réalisé par Paule Beaudoin. Produit par La Créative Films inc.

Tibbits Hill
Des enfants ont trouvé refuge dans une petite école où ils tentent de survivre à la guerre, vivant dans le silence et la peur. Entre les murs de ce refuge-bunker, ils sont miraculeusement protégés des dangers des bombardements extérieurs et coupés des gémissements horrifiants du vent. Forcés de sortir à l’extérieur pour récolter des vivres pour le groupe, Anna et Jules risquent leur vie tous les jours. Lorsque Jules disparaît, les enfants décident de briser le silence et de se soulever à sa mémoire. Telle une petite armée, avec la musique comme arme, ils composent des chants mélodieux apaisants, fabriquent des uniformes et confectionnent des drapeaux d’une nouvelle nation. Tous ensemble, vêtus de leurs nouveaux habits et munis de leur attirail, ils formeront un chœur assez fort pour leur permettre d’affronter le monde extérieur. Ils sortiront de l’école, en chantant un hymne à la paix, unis par leur innocence, brandissant leur drapeau. C’est le début d’une révolution.

Drame allégorique écrit et réalisé par Édith Jorisch. Produit par Les Productions Coton et Club inc.

En documentaire

Dave Not Coming Back
Le 8 janvier 2005, Don Shirley et David Shaw, considérés parmi les meilleurs plongeurs au monde, plongent à 280 mètres sous l’eau dans une grotte située au milieu du désert de Kalahari : Boesmansgat ou la grotte mythique de Bushman’s Gate. Leur but : récupérer le corps de Deon Dreyer qui git au fond de la grotte depuis 10 ans. Sachant qu’il y a moins de gens ayant plongé en deçà de 250 mètres que d’astronautes ayant marché sur la lune, cette plongée allait devenir historique. Personne ne se doutait que ce serait la dernière plongée de David Shaw.

Écrit et réalisé par Karim Haroun. Produit par Némésis Films inc.

Joséphine Bacon : Je m’appelle humain
À l’aube de ses 71 ans, la femme de lettres innue, Joséphine Bacon, incarne cette génération témoin d’une époque bien révolue. Avec charisme et sensibilité, elle a contribué à poser les bases d’une réconciliation tant attendue entre Québécois et Autochtones, nous montrant ce qui nous unit plutôt que ce qui nous sépare. Elle rappelle que, dans sa langue, Innu signifie humain. Au-delà du portrait d’une artiste et de son œuvre, Joséphine Bacon : Je m’appelle humain propose une incursion dans l’histoire et le temps aux côtés d’une femme libre et exceptionnelle qui a consacré sa vie à transmettre son savoir. Pour un voyage en cinéma direct et en animation auprès d’elle et de ceux qui l’entourent et l’inspirent.

Écrit et réalisé par Kim O’bomsawin. Produit par 9104-0998 Québec inc. (Terre Innue)

 

La SODEC rappelle que la date limite du prochain dépôt en production pour les jeunes créateurs est fixée au 21 novembre prochain.

 

À propos de la SODEC
La SODEC a pour mandat de promouvoir et de soutenir le développement des entreprises culturelles au Québec et à l’étranger dans les secteurs du cinéma et de la production télévisuelle, du livre, des métiers d’art ainsi que de la musique et des variétés. La SODEC a également le mandat de protéger et de mettre en valeur un parc immobilier patrimonial de 31 immeubles, reflet de l’identité québécoise.

– 30 –

Source et renseignements
Johanne Morissette
Directrice des communications
514 841-2314
Johanne.Morissette@sodec.gouv.qc.ca